• Vous êtes ici : Accueil 
  •  >  Base documentaire
  •  >  Avoir un enfant différent dans un pays où on est différent. Une étude des familles immigrées en Norvège
Imprimer Augmenter la taille de police Revenir à la taille de police initiale Diminuer la taille de la police

AVOIR UN ENFANT DIFFéRENT DANS UN PAYS Où ON EST DIFFéRENT. UNE éTUDE DES FAMILLES IMMIGRéES EN NORVèGE - 2017

Auteur(s) :

  • Elena Albertini Früh
  • ,
  • Zineb Rachedi
  • ,
  • Hilde Lidén

Référence :

Elena Albertini Früh, Zineb Rachedi et Hilde Lidén, « « Avoir un enfant différent dans un pays où on est différent ». Une étude des familles immigrées en Norvège », Enfances Familles Générations [En ligne], Articles sous presse, mis en ligne le 22 décembre 2017

Domaines de recherche appliquée :


Thématiques :


Incapacités :


Zones géographiques :




Résumé de l'auteur :

Cadre de la recherche: En Norvège, vivre avec un enfant ayant des problèmes de santé est une réalité pour de nombreux parents et demande une adaptation de toute la famille ; cela peut être d’autant plus problématique pour des parents issus de l’immigration.

Objectifs: Le présent article vise à comprendre comment les familles issues de différents types d’immigration gèrent le suivi de l’enfant ayant des besoins spécifiques.

Méthodologie: Les données sont issues d’une recherche qualitative basée sur vingt-sept entretiens individuels semi-directifs et trois entretiens de groupe avec des parents immigrés ou issus de l’immigration. L’analyse inductive se fonde sur l’analyse de contenu des entretiens.

Résultats: Vivre avec un enfant ayant des besoins spécifiques exige une redéfinition de l’investissement et des rôles de chacun des parents. On note, en effet, des stratégies conjugales et parentales qui prennent forme dans un rapport de genre marqué à la fois par des pratiques de changement et de reproduction. Pour les familles immigrées ayant un enfant aux besoins spécifiques, la question du travail aussi bien pour les hommes que pour les femmes est centrale tant elle montre la nécessité des bricolages, à la fois pour l’adaptation au mode de vie du pays d’accueil et pour sortir de « la famille soignante », où l’enfant est au centre des préoccupations.

Conclusion: Les relations sociales (notamment par le travail ou par le maintien d’un réseau d’amis ou de la famille élargie) ainsi que le soutien apporté par les services médicosociaux restent des ressources précieuses pour faire face aux défis qu’entraînent le handicap ou la maladie chronique de l’enfant.

Contributions: L’étude, réalisée en collaboration avec Lisbeth Gravdal Kvarme, est financée par The Research Council of Norway, dans le cadre du projet « Ethnic differences in labour market participation, health and sickness absence among parents caring for disabled or chronically ill children »).

 

[EN]

 

Research Framework: Living with a child with special needs due to chronic health conditions is a heartfelt reality for many families in Norway. It requires adaptation for all the members of the family. This situation can be especially complicated for immigrant families.

Objectives: The purpose of this article is to understand the ways in which immigrant families from different backgrounds cope with their child’s health problems.

Methodology: The data is based on a qualitative study of twenty-seven individual, semi-structured interviews and three focus group interviews with newly immigrated parents or parents with an immigrant background. The inductive analysis is based on content analysis.

Results: Living with a child with special needs requires a redefinition of the roles and contributions of each parent. We found that the coping strategies used to meet the child’s special needs are accompanied by conjugal and parental practices that oscillate between changes and resistance of traditional gender roles and reproductions and “inventions” of cultural practices. For these families, the issue of work is a central theme for both women and men. On one hand, the mothers prefer paid work (and adapting to the Norwegian way of life) while on the other hand, they also need to meet expectations of being “the caregiver/nursing family” within which the disabled child is at the center of their concerns.

Conclusions: Social relations (developed through work or by maintaining of network of friends and extended families) as well as public support from the welfare system, are important resources for coping with a family life that includes the provision of care for a child with a disability or chronic disease.

Contributions: The study was carried out in collaboration with Lisbeth Gravdal Kvarme and funded through The Research Council of Norway as a part of the “Ethnic differences in labour market participation, health and sickness absence among parents caring for disabled or chronically ill children” project.


Commentaire du Centre Ressources :

Ce document est la restitution d’une recherche réalisée sur le thème de la parentalité. Elle interroge la parentalité au regard de l’arrivée d’un enfant handicapé au sein d’un couple de nationalité non norvégienne ou issu de l’immigration.

L’intérêt de cette recherche tient au fait qu’elle allie avec justesse deux thématiques très présentes dans nos sociétés modernes, à savoir, flux migratoire et handicap. 
Le document s’adresse tout particulièrement aux recherches en science de la population.

Téléchargement(s)